Mes premiers gestes Green

Je ne suis pas une fan de ce genre d'articles.


Je ne les aime pas parce que j'ai souvent le sentiment qu'on nous demande de changer radicalement des habitudes ancrées depuis bien trop longtemps.

Parce qu'on nous demande d'aller à l'encontre d'un système auquel on nous a rendu complètement dépendant (consommation de masse, livraison, rapidité, facilité...).


Comme beaucoup d'entre vous, ça fait plusieurs années que j'ai pris conscience de toutes ces choses que j'aimerais changer dans mon mode de vie pour contribuer à mon échelle, à préserver notre planète.


Seulement, les solutions du type ne plus prendre l'avion, manger végé ou m'habiller vegan, m'ont carrément coupé dans mon élan.


Je voulais juste des gestes à inclure dans mon quotidien.

Alors j'ai décidé que plutôt que de lire tout et n'importe quoi, j'allais faire ce qui était le plus simple et accessible pour moi.


Je précise que je ne suis pas une experte de l'écologie mais un simple terrien, comme toi, qui apprend chaque jour à vivre mieux et qui souhaite partager ses quelques gestes avec toi.

1- J'achète des fruits & des légumes de saison


Je réduis l'emprunte carbone


Manger de saison c'est aussi manger locale.

J'évite ainsi les transports par avion ou par bateau pour favoriser les circuits courts et diminuer l'emprunte carbone, dont le CO2 représente 3/4 du réchauffement planétaire.


Par ailleurs, cultiver des fruits et légumes hors saison nécessite l'utilisation de produits chimiques, notamment de pesticides, qui nuisent à la biodiversité et tout particulièrement à nos amies les abeilles, qui aident a maintenir l'équilibre dans la nature.


Bienfaits nutritionnels


À chaque saison son besoin...


En automne/hiver, notre corps doit faire le plein de vitamines C et de nutriments pour booster au max son système immunitaire.

Ce que nous apportent précisément les kiwis, les oranges, les pamplemousses, les litchis mais aussi les avocats, les poireaux, les citrouilles ou encore les navets...


En été, alors que notre corps demande beaucoup d'eau, c'est ce que nous offrent les fruits tels que la pastèque, le melon, les concombres, salades, tomates ou encore le céleri.

Et non, si tu fais partie de ma communauté Instagram, tu n'aimes probablement pas le céleri!

Et pour vraiment me faire plaisir, c'est surtout pour moi l'occasion de varier mes recettes et mes assiettes.


2- J'achète en vrac


J'évite le gâchis...

Et oui, inutile de vous expliquer que lorsque vous achetez en vrac, vous gérez surtout la QUANTITÉ.


On évite alors le surplus et l'éventualité que les aliments pourrissent dans nos placards et dans notre frigo.


En ce qui concerne les prix, chacun fait bien évidemment comme il peut.

Personnellement, j'ai remarqué que là où je faisais mes courses, la plupart des fruits & légumes étaient moins chers en vrac plutôt qu'en barquette ou en sachet.

À noter que je n'achète pas au rayon BIO.


Et en parlant de sachets, on évite ainsi les aliments entourés de plastique; emballages inutiles et toxiques notamment en raison de nombreux additifs utilisés pour leur fabrication.





Lire aussi, "5 soupes automnales pour se réchauffer"

3- J'évite la livraison ou je regroupe mes achats


On est d'accord, à chacun son mode de vie.


Certains ont un rythme de vie effréné, d'autres, sont tout simplement dans l'incapacité de se déplacer.

Il est donc parfois inévitable de se faire livrer et c'est OK!

Mais agissons en conscience et regroupons au moins nos achats en une seule et unique livraison.


Certaines grandes plateformes proposent des livraisons depuis les 4 coins du Monde en un temps record et je ne vais pas vous mentir en vous disant que je n'ai moi-même pas déjà eu recours à ces solutions... Mais ne tombons pas dans l'excès et regroupons nos achats afin de diminuer au maximum les trajets.


Les Echos Start écrit "Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, un achat en ligne émet en moyenne 12 grammes de CO2 , soit l'équivalent d'un kilomètre en voiture. Si ce chiffre vous paraît peu, sachez qu'en 2018, en France, un million de colis ont été livrés à domicile… par jour."


Alors pour ceux qui manqueraient simplement de motivation, essayons de revoir notre mode de fonctionnement et d'être gratifiant de ce que la vie nous a donné de plus précieux: nos jolies jambes!

Allez, n'ayez plus honte d'attrapez le caddie de Mamie pour diminuer le poids de votre corvée, et allez faire vos courses plutôt que de vous faire livrer.


4- J'opte pour des sacs de course en tissu naturel


Ça y est, j'ai enfin opté pour des sacs de course en coton bio!

Ils n'utilisent ni matériaux chimiques ou toxiques lors de leur fabrication et n'épuisent pas les sols.


On ne va pas se répéter, le plastique est une source de pollution pour notre planète.

En réalité, il ne se recycle pas à l'infini et consommerait ainsi plus de ressource qu'il n'en restituerait.


Cette fois-ci, c'est indiscutable, le prix des sacs en coton bio est bien plus élevé que celui des sacs plastiques achetés en supermarché.

Mais rien ne vous oblige à en acheter beaucoup.


Encore une fois, l'idée est de faire comme on peut.


Pour ma part, je me suis achetée ce mois-ci, mon sac en coton pour environ 6 € dans une enseigne que j'apprécie particulièrement.

J'en achèterai un deuxième d'ici un ou deux mois; ce qui me permettra, au fur et à mesure, de remplacer mes anciens sacs plastiques que je vais pouvoir rapporter en supermarché, pour les donner à recycler.


Je me balade si fièrement avec mon nouveau sac, que je ne l'oublie jamais et l'utilise pour tous mes achats!


5- Je m'équipe de contenants en verre



Selon la WWF, nous ingérons 5 grammes de plastique par semaine chacun, soit 250g par an.

Grosso modo, on avalerait l'équivalent de notre carte de crédit une fois par semaine!

Alors, ça vous donne toujours pas envie de passer au vrac...?


Plus sérieusement, je vous l'accorde, changer ses contenants, c'est encore un investissement.

Mais on peut commencer doucement en remplaçant d'abord une ou deux boîtes de conservation, puis en s'achetant un contenant en verre de temps en temps.


6- Je bannis le gaspillage alimentaire


1/3 des aliments de la planète sont perdus ou jetés chaque année.


Vous l’avez compris, les aliments demandent beaucoup de ressources pour leur cultivation.

Travail des sols, utilisation de pesticides, transports...


Alors quoi? On ne mange pas ?

Si, mais on mange mieux !


On gère les quantités de ce qu’on achète, ce qu’on cuit et ce que l’on met dans nos assiettes.

Et on pense à congeler le surplus pour ne rien jeter.


7- Je favorise le réemploi


Autant je pense que vous avez bien saisi que je suis loin d'être radicale dans ce mode de vie, autant jeter des vêtements encore utilisables je ne comprends pas!


J'ai moi-même travaillé dans la mode, donc je comprends tout à fait l'envie de changement.

Je n'ai pas non plus particulièrement envie de porter le même pull pendant 15 ans.


Mais malheureusement, l'industrie de la mode est extrêmement polluante.

Saviez-vous qu'elle est plus polluante que les vols internationaux et le traffic maritime réunis?


Alors pourquoi jeter quand on peut réutiliser?


Donner vos vêtements à vos copines, trouvez des organismes, des associations, ou choisissez de vendre sur des plateformes via vos applications.


Faites comme vous préférez mais par pitié, ne jetez pas les vêtements que quelqu'un d'autre pourrait porter.


8- Je ferme l'eau sous la douche


Hein? Fermer l'eau sous la douche?


Non, rassurez-vous, je ne vous parle pas d'un nettoyage à sec comme chez le pressing...


Aux Etats-Unis, la consommation d'eau par habitant est de 450L/j, soit la plus élevée au Monde), contre 150L/j en France, et 10 à 20 L/j en Afrique (zone rurale).


En France, nous utilisons en moyenne 40 à 60L d'eau lorsque nous prenons une douche, soit l’équivalent d’une bouteille d'eau par jour pendant 2 mois...


Ça fait maintenant des années que je coupe l'eau sous la douche lorsque je suis en train de me laver. Pas besoin de se mettre sur le côté pour laisser l'eau couler.



Un système qui permettrait d'économiser environ 20L d'eau par douche.

Alors, est-ce qu'on peut vraiment s'en passer?


9- Je marche ou je prends mon vélo


Bon vous me direz, c'est fastoche pour toi qui aime tellement faire du sport!

Mais non non, faire du vélo tous les jours pour partir d'un point A à un point B en un temps bien défini, ce n'est pas comme faire du vélo les cheveux au vent...


Et pourtant, me déplacer à pied ou en vélo, c'est toujours pour moi le moyen de m'évader l'esprit ou au contraire de me recentrer sur mes pensées.


En tous cas, j'avoue que mon aversion pour les métros parisiens grandissant chaque année, je trouve tous les jours de bonnes raisons de me déplacer autrement.


Et quelle meilleure raison que d'allier sport et réduction de l’emprunte carbone pour utiliser nos jambes et sortir nos vélos?





10- Je filtre mon eau et je prends ma gourde


Ah ma passion pour les thermos...

Jaune citron, bleu turquoise ou rose pastel... je suis très heureuse de vous annoncer que je vais bientôt remplacer mes bouteilles en plastique par toutes ces couleurs de Thermos!


J'étais dernièrement à la recherche d'une bonne carafe avec filtreur d'eau pour compléter mes premiers gestes et passer bientôt aux suivants.


Puis, juste avant d'écrire cet article, ma cousine m'a parlé d'une autre méthode dont je n'avais jamais entendu parler: les perles de céramique.


Les perles de céramique.


Des perles qui adouciraient et amélioreraient la qualité de l'eau grâce à leur structure en argile, qui filtrerait le chlore ainsi que les polluants, présents à petite échelle.


Personnellement, je ne connais pas ces perles et ne peux donc m'étendre sur le sujet.

Mais après moultes recherches, je dois dire que les avis sont encore trop mitigés pour que je me lance à les essayer.

Quand certains parlent de bienfaits, d'autres parlent d'arnaque...


Dans tous les cas, il semblerait qu’aucune étude scientifique n’ait encore su démontré leurs bienfaits .


Le charbon, une fausse bonne idée


Une autre option serait celle qui consiste à déposer un morceau de charbon au fond de sa bouteille afin d'absorber toute particule toxique ou indésirable.


Bien qu'il existerait peut-être des bienfaits à l'utilisation du charbon, il existe aussi des contre indications car il agit également sur notre transit et favoriserait pour certains, la constipation.

Par ailleurs, l'obtention de ce type de charbon nécessite des jours de combustion à très haute température. Il libèrerait donc du CO2 et contribuerait encore au réchauffement climatique.


Selon WWF, actuellement, l'homme libèrerait 25 milliards de tonnes de CO2 sur la planète dont 32% de cette combustion serait liée directement au charbon.


Alors je ne suis pas une experte certes, mais cette option ne me semble pas être la solution...


On est bien d'accord, je ne révolutionne en rien le monde de l'écologie.

Mais c'est justement ça l'idée! De la SIM-PLI-CI-TÉ.

Maintenant que ces habitudes sont bien ancrés, je suis vraiment enthousiaste de commencer une liste des nouveaux gestes que je vais pouvoir adopter, et serais très heureuse de lire les vôtres si vous en avez.





6 commentaires

Posts similaires

Voir tout