Le poids des kilos, chez la nutritionniste

Ça fait exactement 10 jours que j’ai commencé mon rééquilibrage alimentaire.


Ce que personne ne m’a dit, c’est que le rééquilibrage alimentaire ne s’arrête pas SEULEMENT à mon alimentation…



Pour mes 10 premiers jours, j’ai dû changer : mes habitudes, mes assiettes, mon rythme de vie et reprogrammer mon cerveau !


Heureusement pour moi, j’ai le recul nécessaire pour comprendre le lien psycho-émotionnel avec mon problème et la force mentale, pour le moment, de faire preuve de persévérance et de ténacité.


Mais je comprends aujourd’hui pourquoi beaucoup de gens renoncent à voir des médecins, nutritionnistes ou tout simplement se décourage de perdre ou de prendre du poids.


Je comprends aussi pourquoi beaucoup de personnes essaient mais n’y arrivent pas.




Le rééquilibrage alimentaire implique bien plus de choses que l’on ne peut l'imaginer.

Mais ça…Personne ne nous en parle.

Ni les gens qui vous font de jolies photos de plats équilibrés sur Instagram avec un #healthfood , ni votre nutritionniste.


Rééquilibrer son alimentation va bien au-delà de la nourriture.


C’est aussi bouleverser son mode de vie, son rythme, sa vie sociale mais bien plus encore, c’est reprogrammer son cerveau...


Les dix jours les plus difficiles.


Premièrement, je dois peser toutes mes portions…


Autant vous dire qu’il n’est pas question que je fasse ça toute ma vie.

J’ose espérer que c’est simplement le temps que mon œil s’habitue à la quantité que je suis censée absorber.


Deuxièmement, les premiers jours riment avec frustration, tristesse et larmes.

Oui oui, je pleurais littéralement lorsque je voyais mon menu du soir :

1 tranche de pain complet

40g de chèvre frais

180g de légumes soit, une demie tomate.


Puis j’arrivais à me calmer un peu lorsque la honte m’envahissait, me rappelant que certains n’ont même pas ça à manger...


Troisièmement, ALERTE COUPLE EN PÉRIL

J’ai la chance d’avoir un homme patient et qui me soutient tous les jours pour m'aider à ne pas tout envoyer valser.


Je souffre de ce que l’on appelle « compulsions alimentaires ».


Ce qui veut dire que bien que j’aie réellement besoin d’apprendre à manger, et ça oui, la nutritionniste peut me l’apporter ;


Ni elle, ni les coupe-faim naturels avant chaque repas, ne m’empêchent d’avoir envie de grignoter ou de manger en plus grande quantité.



J’aime manger, j’aime la bonne bouffe !


Qu’est-ce que j’y peux ?


J’aime les planches de charcuteries et les plateaux de fromage.

J’aime les plats iraniens que me font ma mère ou ma grand-mère; et par-dessus tout, j’adore aller au restau découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles saveurs !


Qui vous aide à gérer cette frustration-là ?

Qui vous aide à gérer les invitations, et vos sorties entre amis ?


Il m’est arrivé d’avoir des déjeuners et des dîners pendant lesquels j’ai à peine mangé, d’autres que j’ai même dû annuler si je voulais respecter cette alimentation au moins quelques jours consécutifs.


Pour pouvoir rester dehors toute la journée, j’ai pris avec moi un tupperware de quinoa froid que j’ai avalé dans la voiture sur mon trajet, simplement dans le but de respecter l’alimentation qui m’a été fixée.


Finalement, j’ai dû finir par refuser des sorties, pour pouvoir juste une semaine, me consacrer sérieusement à "bien manger".


J’en arrive à un stade où je ne pense même plus au résultat mais à la difficulté et à l’idée que je ne tiendrai jamais.


Alors je vous le dis, pour réapprendre à manger de façon équilibrée lorsque l’on est confronté à un problème au-delà de « comment faut-il manger » il faut avoir un mental d’acier !


Etes-vous déjà passé par un rééquilibrage alimentaire? Comment l'avez-vous vécu?



2 commentaires

Posts similaires

Voir tout