L'escalade, le sport qui rend plus fort

Ça faisait des mois que j'avais envie d'essayer, et ce matin là, à mon réveil, c'était décidé... peu importe qui, quoi, pourquoi, je partais escalader!


Après avoir patienté bien trop longtemps que mon mec se libère, je me suis dit que c'était finalement pas plus mal que j'y aille sans lui.

L'opportunité de prendre du temps pour moi et de rencontrer des personnes ayant comme centre d'intérêt commun, la passion pour le sport.


J'enfile un legging, mes baskets, et c'est parti!


9h30 - direction "Arkose", Pont de Sèvres.


Dès mon arrivée, le ton est donné avec une déco à la fois brute et travaillée, ainsi qu'un accueil chaleureux et hyper décontracté.

Le magnifique bar à l'entrée me fait déjà oublier mes priorités: "escalader ou prendre un p'tit café?"



Pour ma toute première fois, j'avais évidemment dans l'idée de faire une séance avec un instructeur ou n'importe qui capable de m'accompagner.

Et je ne vais pas vous mentir, j'ai presque versé ma petite larme lorsque le mec à l'accueil m´annonce que je serai seule, et que je ne serai pas attachée.


À voir ma tête se décomposer, il essayait tant bien que mal de me rassurer en me disant qu'il allait tout m'expliquer, et que ses quelques astuces me suffiront à me lancer.

Autant vous dire qu'à ce stade, je n'ai qu'une seule image en tête, moi coincée en haut d'un mur, sans plus jamais pouvoir mettre les pieds au sol.

Enfin ce bien sûr, dans le meilleur des cas où je réussirais déjà à grimper...

Je m'inscris, j'embarque une paire de chaussures que je viens de louer, et je me dirige vers la salle d'escalade dans laquelle on m'a conseillé de commencer; ou plutôt, fidèle à moi-même, je me dirige par erreur vers celle que l'on m'avait conseillé d'éviter.

Pour accéder à la salle, je passe par le restaurant que j'ai d'ailleurs très envie d'essayer.


Entre lumière artificielle et lumière naturelle avec vue sur la végétation extérieure, de petites zones confortables ont été installées avec des espaces "cocooning", vous permettant de rester boire un verre ou pourquoi pas même, de venir travailler.


Je passe par une sorte de labyrinthe sous-terrain avec des airs de parking avant de découvrir enfin, une de leur deux salles d'escalade.


J'y suis.

Moi, 1m69, seule, sans corde, envahie par 4m50 de murs qui ont presque l'air de me narguer...

Mais je ne me laisse pas intimider, et plutôt que de rester plantée, je tente de poser une main par ci, un pied par là, mais sans aucune assurance, je redescends aussitôt pour changer de stratégie.


Je fais un tour pour observer les autres autour de moi, avec cette sensation que j'avais autrefois, quand j'étais en examen et que je trichais en regardant discrètement sur la feuille du voisin.


Heureusement, quelques minutes plus tard, la personne qui anime les cours de pilates fait un tour des salles d'escalade et semble sentir de loin mon désarroi.

Magda, coach sportive, me propose avec gentillesse de me donner quelques astuces, histoire d'au moins faire semblant d'avoir l'air de faire quelque chose...


Une main en haut, un pied en bas, bras tendus et pieds en pointe; des conseils bien utiles sans lesquels je n'aurais vraiment pas pu rester aussi longtemps et surtout, je n'aurais pas passé un si bon moment.


Après quelques minutes d'explication, elle retourne à ses activités et me laisse à ma séance.


Ce que j'apprécie tout particulièrement dans ce type d'activités, c'est que les sportifs ont généralement un bon état d'esprit, et le fait de se retrouver autour d'une passion commune facilite grandement les échanges.


J'ai commencé à parler aux personnes autour de moi, qui m'ont conseillé, aidé, donné des astuces et même montré comment grimper.


J'ai pu enfin me centrer sur moi, mon corps et les émotions qui en ressortaient.


Lire aussi, "4 astuces pour reprendre le sport en toute sérénité"

L'escalade, le sport qui vous rend plus fort


"Si tu as peur de quelque chose, fais le"

Et oui, j'ai toujours été comme ça, et je vais être honnête avec vous, je ne saurais vraiment pas vous dire si c'est une qualité ou pas.


J'ai entendu beaucoup de personnes me dire qu'il était impossible pour elles de faire de l'escalade à cause de leur peur du vide. Or je pense personnellement que ce sont ces mêmes personnes qui devraient justement se lancer à cette activité.


Peur du vide, peur de lâcher-prise, peur de tomber, pire encore...SE LAISSER TOMBER.

L'escalade est un excellent sport pour travailler tous ces blocages qui nous envahissent, consciemment ou non, dans notre quotidien.


Quand on m'a expliqué qu'on allait m'apprendre à me laisser tomber EN ARRIÈRE de presque 5m de haut, j'en avais déjà le vertige...


J'avais juste envie de répondre: "Sinon toi et moi, on a le même concept niveau gravité??"


Les premiers blocs que je grimpais me paraissaient hauts et difficiles; je n'ai plus aucune notion de hauteur dès que je suis accrochée à mon mur telle une moule sur son rocher.

Et bon, puisqu'on se dit tout, je restais parfois bloquée plus de 30 secondes en hauteur avant de me décider à redescendre, me demandant si je devais plutôt favoriser la méthode douce, à savoir une descente normale, étape par étape en posant mes pieds sur les blocs, ou si il valait mieux sauter...


Mais plus je restais bloquée, plus je me fatiguais. Mes muscles lâchaient et mes mains transpiraient et commentaient à glisser; ce qui me poussait à dépasser au plus vite mes peurs pour ne pas mal tomber.


Au fur et à mesure que je grimpais, je prenais conscience que je devais m'y prendre comme je le fais dans ma vie pour tout ce que j'entreprends depuis 2 ans; me donner de petits objectifs à surmonter, les maîtriser pour gagner en assurance et passer ensuite à l'objectif suivant.


J'ai découvert en escaladant, cet équilibre parfait entre contrôle et lâcher-prise. Le fameux équilibre que j'aimerais tant avoir dans ma vie.


LES PEURS LIMITANTES


où comment je me suis rendue compte que l'escalade, c'est l'histoire de ma vie...


Chaque mouvement demande d'être en permanence à l'écoute de son corps.

De prendre conscience de ses capacités et de ses limites, sans pour autant tomber dans les blocages pervers des peurs limitantes.


Dissocier le corps du mental en pleine conscience.

Je n'ai jamais fait d'escalade. Je ne connais pas ni ma force, ni mes capacités.

Ce que je sais cependant, c'est que mes peurs sont pure création de mon mental, et que je ne me laisserai pas avoir.


C'est aussi ma façon d'aborder les choses dans ma vie.

Je suis une acharnée. J'ai souvent cette image de moi comme celle d'un pit bull; je suis déterminée, et je fonce sans jamais abandonner.


On m'a souvent dit que les choses paraissaient simples pour moi, ou que j'avais l'air de faire face à des situations plus facilement que d'autres.

Mais personne n'est dans mon corps, et personne n'a conscience des batailles permanentes que je livre avec ma tête pour ne pas me laisser intimider par mes peurs, mes frustrations, ma perte de confiance en moi ou mes croyances limitantes.


L'escalade est un excellent moyen d'aller au-delà des ses blocages et de sortir encore plus fort, après avoir surmonté ce qui nous semblait insurmontable.


Je suis convaincue, je me prends un carnet de 10 entrées pour continuer l'escalade et me rappeler à chaque séance que je suis capable de me surpasser et d'aller au-delà de mes peurs et de mes croyances limitantes.




ARKOSE

https://pontdesevres.arkose.com

+33 (0)1 77 35 36 01

177 allée du forum,

92100 Boulogne Billancourt









10 commentaires

Posts similaires

Voir tout